Abonnez-vous a notre newsletter

Ebooks : Abandonner le papier pour échapper à la « hantise des retours » – Interview

7 août 2012 ·

Editions Voy El Ebooks IDBOOXCorinne Guitteaud est la fondatrice des Editions Voy’el, maison spécialisée dans la littérature SF et Fantasy, elle publie des livres numériques et imprimés. Elle a récemment poussé un coup de gueule sur Facebook et se demande si elle ne va pas carrément abandonner le papier.
C. Guitteaud nous en dit plus dans cette interview

Vous avez déclaré sur facebook : « Quand on compare les résultats des ventes papiers du mois et ceux des ventes numériques, c’est à se poser des questions sur la poursuite du premier format. » Pourriez-vous nous en dire plus ?

En effet, je venais de recevoir le précompte de mon diffuseur/distributeur papier, Lokomodo, sur les ventes de juillet et le bilan s’avère légèrement négatif, soit presque autant de retours que de ventes. En face, sur le backoffice d’Immatériel, j’ai vu, tout au long de ce même mois de juillet, les ventes numériques augmenter : nous n’avions pas fait un aussi bon mois depuis les fêtes de fin d’année. Et croyez moi que l’investissement n’est pas le même, ne serait-ce qu’au niveau de la fabrication, entre un livre numérique et un livre papier… et surtout, surtout, vous échappez, dans le domaine numérique, à cette hantise du retour. Quand un livre est vendu en juillet en numérique, vous n’avez pas à craindre qu’il vous revienne dans trois mois et de devoir le rembourser. Ce n’est pas le cas en papier. Un précompte, comme celui que me fournit le diffuseur/distributeur, indique juste les livres placés, pas vendus. Une facturation chez Immatériel me dit clairement que j’ai vendu pour tant de bouquins.
Évidemment, la discussion que j’ai ainsi lancée, via ce commentaire a vu s’opposer partisans du livre papier et partisans du livre numérique. Ils ont chacun de bons arguments (je ne les développerai pas ici, ils ont sans doute déjà été rabâchés). Mais arrivera un moment où il faudra peut-être se faire une raison.

Quel bilan faites-vous depuis 2010 concernant vos parutions et votre lectorat ?

Depuis 2010, les ventes n’ont cessé de progresser en numérique, surtout depuis que nous avons signé avec Immatériel  : nous avons ainsi pu proposer une offre sans DRM, ce qui n’est apparemment pas encore possible via Numilog. Nous avons enfin pu avoir accès à des plateformes comme l’iBookstore et là, on a clairement vu la différence. J’ai eu la chance de rencontrer un lecteur, en juin, dans le cadre d’un salon, qui m’a dit avoir acheté les livres papier de Voy’el après avoir découvert nos titres en numérique (on en revient un peu à ce que je disais plus haut).

Quels sont vos projets pour la rentrée ?

Je viens de contacter plusieurs auteurs, pour leur demander l’autorisation de proposer, pendant un mois, le premier tome de leur série gratuitement au format numérique (Jean-Christophe Chaumette et Isabelle Wenta ont déjà répondu favorablement, respectivement pour Le Neuvième Cercle et La Saga d’Orion, j’y ajouterai le premier tome de  La Trilogie Atlante). Voilà encore une chose que l’on peut faire, c’est une souplesse que n’offre pas le format papier. Cela marche déjà très bien avec le pilote (ou premier épisode) de la série « GeMs » que nous avons mis en ligne gratuitement depuis mars : on va atteindre les 2000 téléchargements, ce qui est inespéré, pour une petite structure comme Voy’el. Cela a même boosté les ventes de nos autres titres, en nous permettant de nous faire connaître. On cherche aussi une solution pour permettre la vente, via le site de Voy’el, d’un « package » offrant le livre numérique avec l’achat du livre papier. Mais nous devons faire attention à ne pas faire n’importe quoi, vis-à-vis du prix unique du livre (que nous approuvons dans ces grandes lignes).

Comment expliquez-vous que les éditeurs de SF et Fantasy font un carton en numérique ?

Cela tient peut-être au support… ou au format proposé. Les histoires de SF ou de Fantasy (ou de Fantastique) fonctionne beaucoup par série (trilogie ou plus). Du coup, je peux comprendre que l’achat de 3 livres à 20 euros ou plus puisse peser sur le budget à l’heure actuelle. Je vais prendre l’exemple de ma paroisse : La Trilogie Atlante, en papier, coûte, au total 76 euros (parce que nous ne pouvons pas faire autrement, vu la taille du livre, que de les vendre à plus de 22 euros, pour rembourser tous les frais). Au format numérique, cela revient trois fois moins cher. J’aimerais pouvoir proposer mes livres papier au prix du numérique, mais comment payer alors l’imprimeur, le diffuseur/distributeur et les fameux… retours ? Et puis, la liseuse fait, d’une certaine manière, partie du paysage de la science-fiction, en particulier : j’ai bien vu des iPads dans Star Trek TNG ! Enfin, les amateurs de science-fiction sont aussi des amateurs de nouvelles technologies et le caractère ludique de cette littérature (et non pas infantile, comme on a tendance à nous le faire croire) convient peut-être particulièrement au lecteur du format numérique, avec les livres enrichis qui commencent à apparaître.

Pour mieux connaitre les Editions Voy’El
vous pouvez télécharger aussi  Alter Homo Alter Homo - Romain Mageau ou encore Les robots sont-ils vraiment nos amis ?
Les Robots sont-ils vraiment nos amis ? - Lydie Blaizot, Antoine Lencou, Gulzar Joby, Jennifer Flajolet-Toubas, Christian Fontan, Nicolas Gramain, Anne Rossi, Anne Goudour, Patrice Verry & lilian bezard

Livres du mois

  • Yo-Kai Watch
  • Le guide New York des 1000 lieux cultes
  • Gastronogeek
  • Charlie Hebdo les classiques de la littérature
Suivez IDBOOX sur Twitter Suivez IDBOOX sur FaceBook Suivez IDBOOX sur Google+ Suivez IDBOOX sur YouTube Suivez IDBOOX sur LinkedIn Contactez IDBOOX Abonnez-vous au fil RSS IDBOOX
© 2010 - 2017 IDBOOX All rights reserved