Abonnez-vous a notre newsletter

Interview – De Gutenberg à Copernics l’impression des livres fait sa révolution

19 septembre 2017 ·

Eric Levy Interforum Copernics Ebook

Avec le numérique, l’édition se réinvente. Le projet Copernics a été annoncé en juin.

Ce système révolutionnaire d’impression à la commande est maintenant pleinement opérationnel.

Copernics est capable d’imprimer un livre différent toutes les 4 secondes soit un potentiel de 15 000 références par jour. 

Pour en comprendre toutes les arcanes Eric Levy, Président d’Interforum (Groupe Editis), s’est prêté au jeu des questions-réponses et nous dévoile l’écosystème Copernics dans les moindres détails.

Vous lancez Copernics une solution nouvelle d’impression de livres pourriez-vous nous en expliquer le principe ?

Copernics, c’est un nouveau dispositif d’impression à la commande issu de l’alliance d’Interforum, premier diffuseur-distributeur français et de la technologie EPAC, un système d’impression robotisé révolutionnaire qui permet de sortir un livre différent toutes les 4 secondes.

Pour la première fois au monde, un dispositif d’automatisation, de la production à la distribution, est appliqué à l’écosystème de l’édition, reliant « logiciellement » et physiquement, par une passerelle de 100 m de long, une toute nouvelle génération d’impression et Interforum, un référent de la logistique du livre.

Pourquoi ce nom de Copernics ?

Avec ce nouveau système, on passe de l’impression héritée de Gutenberg, avec une industrialisation pour produire plus, à Copernic où, comme le soleil, c’est le lecteur qui est au cœur du système.

On passe d’une logique d’offre (je produis, tu achètes) à une logique de demande (je commande, tu produis).

Pour proposer aux éditeurs un outil performant vous avez noué un partenariat avec Epac Systèmes en quoi consiste-t-il ?

Nous avions comme projet d’allier l’impression et la diffusion pour permettre un gain de temps sur la logistique et apporter une réponse aux problèmes croissants de surproduction et surstockage.

EPAC n’a pas d’égale en termes de rapidité, de diversité et de qualité d’impression.

Le partenariat s’est imposé de lui-même, nous voulions la meilleure technologie pour apporter le meilleur service possible.


Vous parlez d’impression à la commande et non pas d’impression à la demande, quelle est la nuance ?

L’impression à la demande, ou POD, est un mode d’impression numérique destiné à offrir dans les plus brefs délais et en petites quantités des ouvrages dont le faible tirage induirait des coûts excessifs via l’impression traditionnelle. Interforum crée l’impression à la commande.

Elle reprend la flexibilité de l’impression à la demande, mais en y alliant nos capacités logistiques, elle permet à la commande de déclencher automatiquement le processus complet, de la fabrication à la livraison, au sein du même système.

A cette avancée, s’ajoutent des capacités de production industrielles inédites pour de l’impression sur-mesure.

Elle permet ainsi l’absence de surstock, c’est donc plus écologique : pas de destruction ou pilon, pas de transport aller et retour inutile.

Par ailleurs, notre système d’impression avec notre partenaire EPAC nous permet d’imprimer des livres de la même qualité et diversité que les grandes imprimeries traditionnelles, ce que ne permettent pas en l’état les solutions actuelles d’impression à demande.

Vous estimez pouvoir faire revivre un catalogue de combien de titres en ce qui concerne les livres épuisés ?

Copernics va pouvoir proposer jusqu’à 40 000 références. L’impression à la demande est un service prévu pour relancer des titres épuisés dont la demande est toujours vive.

Cela sera bien sûr le cas de Copernics. Mais en plus de pouvoir gérer les manquants, notre solution est également compétitive pour l’impression de nouvelles collections, les réimpressions de fonds de catalogue, l’impression ou le complément d’office.

Est-ce que Copernics va réduire le pilon et dans l’affirmative dans quelle proportion ?

Oui, mais pas uniquement. Derrière la surproduction de livres, il y a avant tout la volonté de donner leur chance aux œuvres.

Hélas, personne ne peut prédire du succès d’un livre, et cette part de risque, prise par les éditeurs, permet à la création littéraire d’être aussi foisonnante en France.

Si le pilon demeure, il faut rappeler que l’industrie du livre a fait des efforts colossaux pour que désormais quasiment 100% des pilons soient réutilisés dans la fabrication de papier recyclé. Interforum a souhaité aussi répondre à cet enjeu majeur avec le lancement de Copernics, une révolution dans le monde de l’édition, qui permet désormais d’imprimer à la commande.

Par ailleurs, le procédé d’impression proposé par EPAC est beaucoup plus durable qu’un système d’impression traditionnel en limitant la consommation de papier et d’encre.

Pour répondre à votre question, la quasi absence de stock permet à Copernics de réduire le pilon de 15% en moyenne.

De plus, 20% des livres seront imprimés sur le site logistique, cette économie sur le transport permet de réduire de 25% notre bilan carbone.

Est-ce que tous les éditeurs Interforum utilisent Copernics à date ?

Nous en sommes encore aux prémices de cette solution, dont l’inauguration a eu lieu le 28 juin dernier.

Tous les éditeurs ne sont pas concernés par cette solution qui cible principalement les faibles tirages.

Cependant, Copernics suscite un vif intérêt et nous recevons tous les jours des appels de maisons d’édition qui souhaitent en savoir davantage sur ce service.

Combien coûte cette solution et quels sont les objectifs de rentabilité ?

Il n’y a pas de surcoût pour les libraires et les éditeurs, il n’y a que des économies à faire.

Notre solution permet de faire des économies importantes pour tous les tirages inférieurs à 3000 exemplaires, sans parler des économies sur les coûts de stock, de retours ou de pilon.

L’objectif d’Interforum est de proposer un service à forte valeur ajoutée pour ses clients éditeurs et compétitif pour les libraires.

Le succès passera par l’importance des commandes passées et le nombre de livres imprimés.

En quoi pensez-vous que Copernics est une réponse pertinente à Amazon ?

Amazon est comme d’autres revendeurs, un client important pour Interforum.

Notre solution d’Impression à la Commande permet à nos partenaires de bénéficier d’une offre plus variée et plus réactive, qui était jusqu’ici l’apanage des grands acteurs du web. Avec Copernics, Interforum joue pleinement son rôle de régulateur entre le marché en ligne et celui des libraires.

Il est vital que tous les acteurs coexistent pour continuer de donner envie et accès à tous, aux livres.

Et c’est d’ailleurs pour cela que nous avons voulu nous inscrire dans l’ère du « phygital », pour faire le lien entre le numérique et le physique.

Avec Copernics, ouvrez-vous la porte aux auteurs indépendants ayant choisi l’autoédition ou est-ce uniquement dédié aux éditeurs du groupe ?

Interforum est une filiale du groupe Editis, mais travaille également avec de nombreux éditeurs externes (environ 30% de notre catalogue).

Copernics est un formidable outil pour développer la variété d’offre littéraire. Que ce soit des groupements d’auteurs ou des maisons d’édition plus classiques, celles du Groupe ou d’ailleurs.

De nombreux ouvrages n’existent aujourd’hui qu’en version numérique souvent pour des raisons liées au coût d’impression.

Copernics propose de donner leur chance aux livres, en leur permettant d’être imprimés à la commande.

Aujourd’hui, Copernics s’adresse principalement à des tirages allant de 1 à 3 000 exemplaires.

Quel est le circuit exact de Copernics une fois qu’un livre a été commandé en librairie ou en ligne ?

Une fois la commande lancée, elle est réceptionnée par le système Copernics qui va lancer la fabrication.

Le livre ainsi commandé sera fabriqué et mis en colis en moins de deux heures, colis où peuvent le rejoindre les autres livres commandés depuis le stock. C’est toute la complémentarité de nos services : un stock parmi les plus riches de France et un nouvel outil qui vient compléter ce qui n’y est pas. Le tout pouvant se retrouver dans le même carton de livraison.

Et pour le lecteur final c’est transparent ?

L’objectif est de replacer le lecteur au centre du dispositif de lecture et ce, grâce à notre nouveau système d’impression à la commande.

C’est donc la commande, ou le lecteur, qui déclenche l’impression.

Dans ce nouveau dispositif, les libraires gagnent en moyenne un jour ouvré sur leur délai de livraison, ce qui leur permet d’être plus réactifs pour leurs clients, sans compromis sur la qualité de l’objet.

Le livre imprimé à la demande ou réimprimé à la demande est identique à celui imprimé de manière « classique ».

Cela impacte directement le lecteur. Par exemple, si un lecteur souhaite un livre et que le libraire ne l’a plus en stock, Copernics permet en moyenne une livraison sous 2 jours dans la librairie concernée.

Pour le lecteur, c’est aussi l’opportunité de lire des livres qui jusqu’ici étaient indisponibles ou uniquement en version numérique.

Ce système d’impression à la commande, c’est une nouvelle chance pour une certaine catégorie de livres.

Découvrez notre rubrique Interviews

Livres du mois

  • Le Petit Robert fête ses 50 ans
  • Thomas Pesquet – 100 photos pour la liberté de la presse
  • Harry Potter – La bibliothèque de Poudlard
  • Des livres qui donnent envie de lire aux enfants Dyslexiques
Suivez IDBOOX sur Twitter Suivez IDBOOX sur FaceBook Suivez IDBOOX sur Google+ Suivez IDBOOX sur YouTube Suivez IDBOOX sur LinkedIn Contactez IDBOOX Abonnez-vous au fil RSS IDBOOX
© 2010 - 2017 IDBOOX All rights reserved