Livre - Avant les diamants : une plongée passionnante dans le cœur sombre d’Hollywood - IDBOOX

IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture hight-tech

Chronique roman Avant les diamants
Livres, BD, Manga, Comics

Livre – Avant les diamants : une plongée passionnante dans le cœur sombre d’Hollywood

Chronique roman Avant les diamantsAvant les diamants est un roman écrit par Dominique Maisons aux Editions La Martinière. Plongez dans les années 50 et découvrez la noirceur d’Hollywood cachée derrière le rideau. 

Après la lecture de “Avant les diamants” de Dominique Maisons l’évocation de James Ellroy vient tout de suite à l’esprit. Ce roman est digne d’un film noir des années 50.

L’histoire se déroule à Hollywood en 1953. L’auteur nous fait découvrir ce qui se cache derrière les strass et les paillettes. Nous sommes en plein maccarthysme.

La chasse aux communistes bat son plein et Hollywood est sous haute surveillance. Le puritanisme et les ligues pour la sauvegarde de la morale et de la vertu vivent leurs heures de gloire.

Avant les diamants – L’envers du décor d’Hollywood

Cette histoire est une vraie cartographie de la société américaine de l’époque et de l’esprit ambiant. La moralité est à géométrie variable. Violence, corruption, mafia, antisémitisme, racisme, misogynie, homophobie s’étalent au grand jour.

Pour combattre le communiste, l’Etat par l’intermédiaire de l’armée américaine entreprend de manipuler les masses grâce à Hollywood et au cinéma. Il faut véhiculer les valeurs américaines à travers le monde quel qu’en soit le prix et les moyens pour y parvenir.

C’est sur cette toile de fond peu reluisante que l’on suit une galerie de personnages abimés par la vie. L’auteur prend le temps de nous les présenter pour bien cerner leur psychologie. C’est appréciable et ça donne encore plus d’intensité à l’histoire. Ils gravitent tous autour du monde du cinéma.

Il faut entrer un peu plus dans le détail pour comprendre ce qui vous attend réellement dans cette fresque machiavélique.

Tous pourris

L’armée envoie deux émissaires pour monter une série de grosses productions entièrement dirigées par l’état. Pour financer le projet, ils font appel à la mafia par l’intermédiaire d’un prêtre désabusé et homosexuel à la tête d’une association de ligue pour la vertu qui fait la pluie et le beau temps à Hollywood.

Ce dernier navigue entre les truands et les magnats d’Hollywood pour financer ses œuvres caritatives. Il en profite pour conseiller aux émissaires de l’armée un producteur sans scrupule violent et avide pour financer leur premier film.

Les actrices sont considérées par la mafia comme des investissements et chaque camp essaye d’imposer ses protégées au générique du film. L’affaire est conclue et la mafia investit deux millions de dollars dans le long métrage.

Vous vous en doutez cet argent va attirer la convoitise de beaucoup de monde et rien ne se passera comme prévu.

On assiste au naufrage de ce montage improbable et pourtant réel ou chaque personnage s’enlise et se débat pour essayer de s’en sortir.

La violence physique en morale envers les femmes est sans limite. Les starlettes en quête de succès et de reconnaissance sont broyées sans aucun scrupule par la machine hollywoodienne.

A la limite du polar historique

Cerise sur le gâteau, cette histoire mélange personnages réels et anecdotes hollywoodiennes avec la fiction. Ces insertions donnent encore plus de crédibilité et de force au récit. Les héros ou plutôt les anti-héros croisent Errol Flynn, Clark Gable ou Hedy Lamar. On se croirait presque dans un polar historique.

D’ailleurs, il n’est pas rare de faire des recherches pour savoir si tel ou tel personnage a existé Jack Dragna ou Johnny Stompanato.

Avant les diamants est un vrai bijou qu’on dévore avidement de la première à la dernière ligne. Le final est à la hauteur de nos attentes, digne d’un film noir hollywoodien.

Ce roman mériterait d’être porté sur grand écran. A acheter et à lire ou à offrir d’urgence.

Cliquez sur ce lien ou sur ce lien pour acheter

Avant les diamants. Envie de lire ? D’autres chroniques ici