La réponse de BookBaby au spam éditorial sur les ebooks - IDBOOX

IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture hight-tech

Infos Ebooks

La réponse de BookBaby au spam éditorial sur les ebooks

ebook-generique_logo_IDBOOXLes plates-formes d’auto-édition de livres numériques d’Amazon et des autres cyber-libraires doivent faire face à une invasion du spam éditorial. Petit rappel du phénomène. Des pirates s’emparent frauduleusement de livres. Sans jamais avoir écrit un seul mot, ils publient des livres numériques sous de faux noms et à des prix bas pour attirer les clients, spoliant les auteurs de leurs droits. Amazon est la société la plus touchée.

La facilité de publication et la croissance des ventes d’ebooks sur le site de la firme de Jeff Bezos en font une cible de choix. Le nombre de livres numériques soumis pour validation rend quasiment impossible toute vérification manuelle. C’est pourquoi Amazon devrait s’en remettre aux lecteurs eux-mêmes.

BookBaby a trouvé une autre parade pour contrer les spam éditorial. BookBaby demande aux auteurs un droit d’entrée et de distribution aux auteurs de 99$. Selon le responsable de BookBaby cela semble décourager les pirates.

Brian Felsen, directeur de BookBaby, explique : « Nous ne sommes pas au même niveau que les gros sites de vente comme Amazon. » « La raison, notre taxe en amont de 99$ repousse beaucoup d’usurpateurs. Nous effectuons également une surveillance pour identifier ces titres, nous ne prenons rien à postériori, et nous payons les auteurs à 100%, nous n’avons aucun intérêt à laisser passer ces ebooks. D’un côté, j’aimerais voir des revendeurs comme Amazon resserrer leur poigne sur ce genre de comportement parce que le problème de spam est encore faible pour nos auteurs mais il grossit ; d’un autre côté, je ne voudrais par voir les revendeurs se transformer en gardiens et augmenter leur contrôle sur le contenu et mettre en place différentes formes de censures. “

Une autre option étudiée par les revendeurs serait de retarder le versement du montant des droits aux auteurs, pour rendre moins rentable le spam et décourager les pirates. Au final, les auteurs légitimes seraient une fois de plus pénalisés.
Source :
goodereader