Woolaroo l’appli qui vous aide à découvrir les langues en danger - IDBOOX

IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture hight-tech

Actu Web

Woolaroo l’appli qui vous aide à découvrir les langues en danger

Woolaroo-appli-langues-en-voie-ce-disparitionWoolaroo est une toute nouvelle application dont l’objectif est de maintenir en vie les langues en voie de disparition. 

En moyenne, tous les 14 jours, une langue s’éteint. Pour aider à la préservation des langues en danger et les cultures qu’elles représentent, Woolaroo, est une nouvelle expérience qui utilise des images pour explorer la langue.

Cette expérience s’appuie sur le Machine Learning et la reconnaissance d’images pour préserver l’héritage culturel mondial.

10 langues à découvrir et à protéger dans Woolaroo

Le yugambeh, le maori, le grec calabrais, le yiddish, le créole louisianais, le nawat, le sicilien, le berbère, le zhuang yang et le rapanui.
Ce sont les 10 langues répertoriées pour le moment dans l’application développée par Google Arts & Culture et ses partenaires.

Comment fonctionne Woolaroo ?

Il suffit de photographier votre environnement et de choisir une langue. Vous obtenez alors des traductions en temps réel qui vous permettront de connaître le nom de chaque objet sur votre photo.

L’outil est précis et détaille l’objet photographié. Nous avons pris ces fleurs en photo en utilisant Woolaroo.
L’application a reconnu les mots : plante, fleur, pétale. On peut ensuite obtenir en temps réel la traduction dans la langue sélectionnée. Pour cette photo, la traduction du mot fleur se traduit par Tiare, en langue Rapa Nui. Il y a aussi une fonction sonore mais nous n’avons pas réussi à l’activer.

Woolaroo est un projet pilote, et devrait d’enrichir d’autres langues au fil du temps.
C’est une jolie manière de préserver le patrimoine culturel mondial, essayez avec votre téléphone. 

Selon une estimation de National Geographic, près de la moitié des 7.000 langues du monde entier disparaîtront d’ici à 2050. Pour tester et préserver les langues indigènes en apprenant quelques mots par jour,  c’est ici