Les Mutations : le Serment d'Hypocrite soigné par de muettes paroles ! - IDBOOX

IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture hight-tech

les mutations livre ed les escales
Ebooks adultes

Les Mutations : le Serment d’Hypocrite soigné par de muettes paroles !

les mutations livre ed les escalesUn avocat brillant se retrouve amputé de la langue et de sa carrière suite à l’invasion de cellules mutantes hors du commun. De quoi attirer l’attention d’un oncologue en quête de reconnaissance, d’une psychologue à la main verte, et d’une femme de ménage dévouée jusqu’à offrir Benito, un perroquet particulièrement grossier… De si petites cellules qui viennent grignoter les grands principes et certitudes, et qui révèlent des intentions pour le moins rocambolesques. Si la bienséance nous bâillonnerait en nous surprenant à rire d’un sujet aussi sérieux que le cancer, ce premier roman lui clouerait le bec à coups de sentences bien pimentées !

Ramón s’en va-t-en guerre, perroquet à l’épaule

La famille infernale, celle qui tente maladroitement de vous changer les idées alors que sous votre boîte crânienne mille pensées fusent, Ramón la subit en silence, tandis qu’il échafaude des plans aussi tourmentés que cocasses : garder ce perroquet obscène contre l’avis de sa femme, revendre une montre avec la complicité de sa pieuse employée de maison pour ne pas laisser femme et enfants crouler sous les dettes, ou encore échapper à sa propre soirée d’anniversaire durant laquelle son frère prendra un malin plaisir à l’humilier… Bref, depuis son ablation de la langue, l’avocat talentueux que fut Ramón ne défend plus qu’une seule cause désespérée, la sienne !

Jusqu’à ce que la mort, ou une vilaine maladie, les réunissent

Si ce roman commence avec le cancer de Ramón, l’histoire n’est pas focalisée sur cette tumeur et son lot de malheurs. Dans ce genre de scénario, le lecteur pourrait se placer en observateur suivant au microscope les affres de la maladie, ce qui provoquerait empathie, affliction, sollicitude… Il n’en est rien. L’auteur Jorge Comensal n’a pas choisi la voie de la facilité (ou disons, de la banalité), et parvient plutôt à nous faire sautiller, tel un joyeux volatile, d’une intimité à l’autre : celle de Paulina, la fille de Ramón, obnubilée par la nourriture, celle d’un jeune homme ayant vaincu le cancer avant de devenir hypocondriaque, ou encore celle de Teresa, psychologue aux élans maternels et convaincue des bienfaits du space cake sur ses patients. L’auteur prend un soin tout particulier à décrire tous les tracas obsessionnels, les convictions ébranlées et les digressions loquaces de ses personnages, pour lesquels il éprouverait comme une sorte de tendresse acerbe.

Ce premier roman “tragicynicomique” nous fait aimer cette rentrée littéraire : pléthore de titres cette année encore (surproduction oblige), mais parmi eux se glisse parfois un ouvrage incisif, se démarquant par la virtuosité d’une écriture capable de disséquer avec humour des situations pourtant provoquées par l’annonce d’un cancer. En bref, un roman qui n’a pas la langue dans sa proche, admirablement traduit de l’espagnol (Mexique) par Isabelle Gugnon.

Pour lire un extrait ou vous procurer le livre Les Mutations (Ed. Les Escales) version papier ou ebook Cliquez ici ou Cliquez ici

Visitez notre coin lecture