Expo - Quand J.R.R. Tolkien dialogue avec le Facteur Cheval au Palais idéal -

Culture

Expo – Quand J.R.R. Tolkien dialogue avec le Facteur Cheval au Palais idéal

exposition Tolkien facteur cheval palais idéalA première vue il n’y a pas de relation entre J.R.R. Tolkien et le Facteur Cheval, et pourtant… On vous fait découvrir une expo extraordinaire au Palais idéal sur Tolkien. 

L’exposition Fantaisies Héroïques au Palais idéal, a su parfaitement mettre en évidence les synergies du rêve et du merveilleux entre Ferdinand Cheval et l’auteur du Seigneur des anneaux et du Hobbit.

La genèse de l’exposition

L’idée de cette exposition est née de la présence d’un œil sculpté par le Facteur Cheval sur la façade Est du Palais idéal. Lorsque le soleil décline celui-ci se révèle.

Cet œil serait inspiré d’une gravure de Claude-Nicolas Ledoux publiée dans Le Magasin pittoresque (voir ci-dessous). La revue, était la source d’inspiration principale du Facteur Cheval. Cet œil peut aussi évoquer celui de Sauron dans Le Seigneur des Anneaux.

La mise en évidence de ce triptyque symbolique apparait alors comme parfaitement logique, le Facteur Cheval et Tolkien ont des choses à nous dire et c’est tout l’objet de cette exposition.

Une inspiration commune

En visitant l’exposition, on prend conscience que les deux hommes puisaient leur inspiration au travers des mêmes références.

Chacun à leur manière ont offert au public un univers onirique, mêlant le rêve et le merveilleux. L’exposition Fantaisies Héroïques rend hommage au Facteur Cheval et à Tolkien avec quelques œuvres choisies. Les deux artistes avaient, sans se connaitre, des points communs : la marche, la nature, le goût de l’écriture, et surtout une imagination débordante…

Au Palais idéal, on n’est pas dans l’immensité voulue par la BnF au moment de l’exposition dédiée à J.R.R. Tolkien (lire notre article).

Les pièces présentées jusqu’au mois d’octobre, sont choisies, sélectionnées par Frédéric Legros et son équipe et font dialoguer à merveille le travail et la personnalité de ces deux hommes fascinants.

Les œuvres à découvrir

Tolkien et Le Facteur Cheval avaient notamment Gustave Doré et Nicolas Ledoux,  comme référence commune.


Le visiteur découvre aussi trois tapisseries géantes réalisées par la Cité Internationale de la tapisserie d’Aubusson, basées sur des aquarelles de Tolkien.


On admire aussi pour la première fois, le seul dessin conservé du Facteur Cheval ébauchant son Palais idéal.

Les « gribouillis » de Tolkien sur une grille de mots croisés rappellent certaines fresques réalisées par F. Cheval sur les façades de son Palais.


On reste sidéré devant les croquis réalisés par Joseph Cadier qui a suivi la construction du Palais effectuant des relevés méthodiques.


Et, on admirera aussi, l’Anneau unique du Seigneur des Anneaux frappé par la Monnaie de Paris.

L’artiste Camille Henrot entoure les murs de l’expo d’une œuvre hommage à Tolkien reprenant ses écritures en Runes elfiques de façon végétale.

Enfin, la nano-expo montre quelques cartes postales anciennes du Palais idéal accompagnées de timbres illustrés de dessins de J.R.R. Tolkien (frappés en 2004), la encore, on y retrouve un fil conducteur.

Laisser place à l’imagination

Impossible de décrire tous les ressentis en visitant Fantaisies Héroïques, et après tout, le mieux est de s’en faire sa propre idée, laissant place à l’imagination, non ?

Si vous passez à Hauterives, cet été faites un stop pour cette visite passionnante et féérique !
Prochainement, sur idboox, nous vous proposerons une visite du Palais idéal.
Découvrez aussi le catalogue du Palais idéal Cliquez ici ou  Cliquez ici 

Envie de voir des expositions ? Consultez notre rubrique ici