IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture high-tech

Honor Magic 6 Pro
Honor Magic 6 Pro

Microsoft dépose un brevet pour mettre de la pub dans les ebooks

Livre_numerique_generique_IDBOOXDe la publicité dans les livres numériques, le sujet fait toujours débat. En attendant de les voir apparaître un jour au cœur de nos romans favoris. Microsoft a déposé un brevet pour de la pub contextuelle dans les ebooks.

Le document précise qu’il ne s’agit pas uniquement d’afficher des réclames mais de déterminer la nature du livre pour y intégrer des publicités ciblées. Un roman de science fiction pourra, par exemple accueillir des annonces pour vendre des sabres lasers et les personnages pourraient même s’intégrer dans les pub.

Inutile de crier au scandale, souvent le dépôt d’un brevet n’est jamais mis en pratique. Quelques tentatives ont déjà été faites. Amazon a déjà inséré de la publicité sur les écrans d’accueil de ses readers Kindle et  la société Youboox a intégré des bandeaux dans les livres en échange de la gratuité des ebooks.

Source : engadget

7 COMMENTS

  1. La publicité est un bon moyen pour faire payer les livres sans publicités plus chers aux lecteurs. Vous ne le savez peut–être pas, mais si vous êtes complétemet fauchés vous pouvez avoir un forfait telephone moins cher en acceptant de vous farcir une publicité à chaque fois que vous passez un coup de fil…;-)
    Si vous n’avez jamais vu un film sur une chaîne américaine, vous n’avez pas idée de ce que la publicité peut nuire à un programme, je ne peux même pas imaginer ça dans un livre.
    J’ai déjà de la publicité en permanence sur l’écran de mon Kindle, même quand il est éteint, heureusement quand j’ouvre un livre la publicité disparaît, sur mon telephone, mes emails… Les meilleurs programmes sur les chaines de télévision aux USA sont les chaînes sans publicité à l’intérieur des rpogrames (PBS, HBO, Independent film Channel). Cela montre que la création de qualité n’a pas besoin nécessairement de la publicité.
    Jusqu’ici le lecteur acceptait d’acheter un livre (très cher en France), le lecteur aujourd’hui à une alternative, acheter un livre numérique beaucoup moins cher. Donc d’accord avec Jean-françois.

  2. Le débat de la publicité dans les livres dépasse le cadre des livres, et s’élargit au grand débat “pour ou contre la publicité”.

    Dans notre société de consommation, la publicité est un mal nécessaire, à mon sens, et pour de nombreuses marques. Sans la publicité elles ne pourraient subsister.

    Quant à l’intrusion de la publicité, posez-vous la question: seriez vous prêts à payer un abonnement à une chaîne TV en échange de l’absence de publicité sur cette chaîne ? Remarquez tout de même que ce n’est pas parce que Canal + est payant qu’il n’y a pas de publicité. Pour ma part je préfère à la TV avoir de la publicité que payer un abonnement. Je préfèrerais le retour de la publicité sur les chaînes de france télévision pendant les films et une suppression, ou réduction, de la redevance. En même temps c’est un faux problème car ne regardant que très rarement les films en direct (je les enregistre et les regarde plus tard) je peux facilement passer la publicité.

    La publicité dans les livres ? Pour ma part ça ne m’emballe pas, je préfère payer un livre. A noter que certains éditeurs de livre numérique comme DRM te mettent un watermark dans le livre, bref à chaque page du livre ton nom s’affiche. Je fuis ces éditeurs car je ne supporte pas de voir un livre pollué de la sorte. Idem pour la publicité.

    De plus la publicité dans les livres suppose que le format de livre ne soit plus standard, mais propriétaire. Ca ne sera plus vraiment un livre, mais une application. Et là on se heurte au problème de la portabilité d’une plateforme à l’autre. Il faudra casser le DRM, enlever la publicité, avant de pouvoir convertir le livre dans un autre format.

    La musique numérique va vers l’absence de DRM, il n’y a déjà plus de DRM sur les musiques iTunes… si on va vers le modèle microsoft, on se dirige à l’opposé et je ne pense pas que ça soit souhaitable…

  3. Je suis absolument contre l’intrusion de la publicité dans un roman. La publicité n’est pas une solution saine pour financer la création. La solution saine, c’est lorsque le lecteur décide en son âme et conscience d’ouvrir son porte-monnaie pour acheter le livre qui lui plaît quand ça lui plait et donne une véritable valeur à son acte. Autrement dit, cela implique que les éditeurs adoptent une politique de prix raisonnable. Mais faire croire, en plus aux auteurs que grâce à la publicité, ils vont être mieux rémunérer, c’est de la démagogie pure. On est envahi par la publicité, matin, midi et soir, sur nos smartphones, à la télé, sur nos écrans d’ordi, de tablettes, au cinéma, dans le métro, au boulot, c’est tout simplement de l’abrutissage pur et dur.

  4. Je comprends et j’approuve le principe de la pub dans les livres électroniques, mais je souhaiterais avoir le choix, en effet, comme le dit Julien. Et en ce qui me concerne, je refuserai, quitte à payer un peu plus cher.

    Quant au débat entre livre papier et livre numérique… mon petit appartement et mes douleurs dorsales quasi permanentes me félicitent de pratiquer les deux !

  5. Là non je ne suis pas d’accord, à moins de vivre dans un château. Je ne sais pas pour vous, mais moi la place chez moi n’est pas extensible, et je n’ai tout simplement pas la place de stocker des livres papiers. J’ai déjà du en vendre / jeter de nombreux, et parfois je l’ai regretté car j’ai voulu les relire.

    Livre papier / livre numérique, le débat est sans fin, moi j’ai décidé de passer au numérique principalement pour une raison de stockage. De plus je n’ai pas encore trouvé de librairie qui offre un service de livraison de livre dans les 10 mns partout en France, gratuitement, même en pleine campagne sous l’arbre du champ voisin…

    Ensuite, j’ai découvert aussi comme le livre numérique est pratique. Déjà un livre numérique est plus facile à tenir d’une main qu’un livre papier (galère de tenir ouvert un livre papier d’une main). Un livre numérique prend moins de place qu’un livre papier. Plus de place en hauteur en général si on le compare aux livres de poche, mais moins en épaisseur. On peut emporter avec soi de nombreux livres numériques, difficile de faire pareil avec les livres papiers, sauf à emporter une valise.

    Et avant de me mettre au numérique je lisais rarement en anglais, car même si je me débrouille je n’ai pas tout le vocabulaire nécessaire. Et si à chaque fois je dois me trimbaler un dictionnaire en plus, non merci, pas pratique, ça prend trop de place. Avec mon Kindle, je clique sur un mot, et j’ai la définition. Maintenant, je ne lis plus que les livres en VO, donc en anglais quand ils sont en anglais, en français quand l’auteur est français. Bon par contre si je veux lire un livre allemand ou autre pays là je prendrais sûrement la version française…

    Donc non, je ne veux pas revenir au livre papier tellement le numérique est pratique… d’ailleurs ma mère m’a offert pour mon anniversaire un livre papier, j’arrive pas à m’y mettre…

  6. Je ne suis pas absolument contre le principe, à condition que ça puisse être un choix, en échange d’un avantage pour le consommateur.

    Exemple : on prend soit le livre payant, sans pub, soit la version gratuite, complète, mais avec publicité.

    A partir du moment où le consommateur a le choix, ça ne me pose pas de problème. Je ne pense pas non plus que ce système puisse s’adapter aux liseuses numériques, mais seulement aux tablettes. Pas pour rien que c’est Microsoft qui a déposé un tel brevet, et pas Amazon par exemple. (Quoique avec le Kindle Fire…)

    Un brevet sans doute pour une application de lecture de livre numérique propriétaire sur tablette windows…

    En même temps est-ce vraiment viable comme système ? Je suis persuadé qu’on verra alors fleurir des logiciels permettant de casser les DRM de ces livres et d’en enlever donc les publicités… on prend le livre gratuit, on le craque, on enlève la publicité. Plus simple que de chercher des livres déjà sans DRM sur le net…

    Pour ma part je doute de toute façon acheter des livres chez Microsoft, j’ai de quoi faire avec Amazon, ou avec tous les sites proposants des livres en ePub…

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *