Une tapisserie géante de Princesse Mononoké

-tapisserie-princesse mononoke aubusson
Imaginez, une tapisserie d’une dimension de 5m de haut sur 4,6m de large représentant une scène de Princesse Mononoké.

La Cité internationale de la tapisserie à Aubusson s’apprête à dévoiler le tombé de métier de la tapisserie Princesse Mononoké (acte de retirer l’œuvre du métier sur lequel elle a été fabriquée).

Rendez-vous vendredi 25 mars à 14h45 sur Youtube. Cliquez ici pour y assister ou regardez le replay.

La première tapisserie Princesse Mononoké de la tenture L’imaginaire d’Hayao Miyazaki en tapisserie d’Aubusson tombera de métier ce vendredi 25 mars.

Le projet a débuté il y a quelques mois. Le tissage de cette tapisserie géante a été confié à l’atelier Guillot.
Pour étonner le visiteur avide de tapisseries étonnantes, Aubusson avait déjà proposé des tapisseries XXL illustrant des scènes tirées des livres de J.R.R. Tolkien. (lire nos articles ici)
Aujourd’hui c’est le film d’animation Princesse Mononoké et l’œuvre de Miyazaki qui sont mis à l’honneur.

A quoi ressemble la tapisserie Mononoké ?

Vous avez une entrée en matière dans la photo d’illustration de notre article. Pour l’histoire, la voici : un sanglier possédé par un démon a blessé au bras par le jeune guerrier Ashitaka.

À son tour pris par la malédiction, il mourra s’il ne parvient pas à trouver le moyen de lever le sortilège. Accompagné de sa monture Yakul, il part vers l’Est dans l’espoir de vaincre la menace qui pèse sur lui et sur le pays. Ashitaka se réfugie dans un bois de cèdres pour soulager son bras sous l’eau fraîche.

L’oeuvre de Miyazaki pose la question de la relation de l’homme à la nature ; la forêt et son univers y jouent un rôle central, celui de l’origine du monde, d’un point d’équilibre du vivant mais aussi d’un havre de paix primordial.

Le jeune héros, figure des contes de Miyazaki, vit une quête initiatique, faite de découvertes sur les vérités du monde, traversée par la magie, l’esprit de la forêt, la rencontre amoureuse… et est dans l’obligation de faire des choix au regard de ces situations ambivalentes. Une transition vers un devenir homme, conscient et engagé.

Crédit photo -(c)-Nicolas-Roger