Interview de Michael Tamblyn - Kobo fête ses 10 ans - IDBOOX

IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture hight-tech

Michael Tamblyn ceo monde kobo rakuten
Interviews

Interview de Michael Tamblyn – Kobo fête ses 10 ans

Michael Tamblyn ceo monde kobo rakuten

Kobo souffle sa dixième bougie. A la fois libraire de livres numériques et de livres audio, constructeur de liseuses, la marque a su s’implanter dans le paysage éditorial mondial.

Michael Tamblyn, CEO monde Rakuten Kobo était de passage à Paris pour la sortie de la liseuse Kobo Libra H2O.

Nous avons profité de cette occasion pour faire le point avec lui, sur 10 années d’évolution et de conquête de parts de marché.

Kobo fête ses 10 ans, quel bilan faites-vous de cette aventure ?

Michael Tamblyn : Kobo s’est bonifié avec le temps. Nous avons appris grâce à nos clients, nous les avons toujours écoutés afin de répondre à leurs attentes. Nous avons travaillé pour optimiser nos liseuses, la navigation, l’ergonomie, nos contenus afin de ne jamais les décevoir.

Nous nous sommes attelés dans nos recherches à comprendre pourquoi les gens lisent. Et nous nous sommes rendus compte que les liseuses, les smartphones ne sont pas qu’un morceau de technologie mais l’extension de leurs habitudes de lecture. En 10 ans nous avons appris à comprendre les lecteurs pour toujours mieux les satisfaire.

Pouvez-vous nous donner quelques chiffres concernant Kobo et son évolution en 10 ans ?

Actuellement, nous travaillons avec les commerces locaux dans 24 pays [Ndlr : librairies, revendeurs]. Nous fournissons des livres numériques à environ 155 pays chaque semaine. Nous proposons un catalogue de plus de 6 millions de livres numériques en 72 langues.

Nous avons par exemple ajouté des fonctionnalités pour proposer le chinois afin de toucher ce marché asiatique. Nous avons vendu des millions de liseuses, je crois que nous sommes les numéros 2 dans ce domaine dans le monde. En 10 ans, nous avons lancé une quinzaine de liseuses différentes.

Quand on regarde le marché, nous distribuons nos livres et nos liseuses selon la répartition suivante : 1/3 en Asie, 1/3 en Amérique du Sud et du Nord et 1/3 en Europe. Comme vous vous en doutez on ne travaille pas de la même façon avec ces différents marchés. Nous nous adaptons en fonction de chaque pays, de chaque culture et c’est ce qui fait l’une de nos spécificités.

Vous venez de lancer la liseuse Kobo Libra H2O, elle semble être une bonne réponse pour les lecteurs, que pouvez-vous dire à ce sujet ? (lire notre test complet)

Tout à fait, cette liseuse est une réponse aux lecteurs qui aiment les ebooks de fiction mais aussi à toutes celles et ceux qui lisent d’autres livres comme par exemple des livres techniques ou des livres de management.

Car quand on lit ce genre de livres on n’a pas une lecture linéaire. On saute d’un chapitre à un autre, on revient quelques pages en arrière et la Kobo Libra H2O permet de faire cela de façon intuitive, grâce à la toute nouvelle navigation que nous avons mis en place [Ndlr voir notre vidéo pour découvrir le principe de cette nouvelle navigation à travers les chapitres].

Et puis il y a le prix, nous avons un positionnement plus abordable pour une liseuse afin de toucher encore plus de lecteurs.

Pour revenir à Kobo, on a le sentiment que tout le monde vous aime. Vous ne déchaînez pas la colère comme l’un de vos concurrents. Les éditeurs, les libraires semblent tous vous apprécier, comment expliquez-vous cela ?

Je crois que nous avons toujours tenu notre ligne. Les livres numériques doivent être ajoutés aux conversations autour du livre et ils doivent être ajoutés aux bénéfices des éditeurs.

Nous n’avons jamais véhiculé le message que les ebooks allaient détruire les éditeurs ou les libraires. Nous aimons les livres, les auteurs et je crois que chacun l’a compris.

Et puis on est concentré sur le livre, on ne vend pas une machine à laver comme on vend un livre (Rire). On n’utilise pas le livre comme un vecteur pour vendre autre chose. Et les gens l’ont compris. Nous partageons les mêmes valeurs.

Michael Tamblyn, Comment analysez-vous le marché du livre numérique en France ?

La France est un marché bien particulier, elle poursuit sa croissance de façon constante.

Ce n’est pas par exemple le cas aux Etats-Unis où le marché a grandi très vite et ensuite est retombé pour arriver à son rythme de croisière.

En France, le marché augmente chaque année et c’est un signe très encourageant. Les rejets de la part des lecteurs qu’on a pu constater dans les années 2010-2012 s’atténuent et les gens font la part des choses entre le bénéfice des ebooks versus les livres papier en fonction de leurs besoins et des situations. Et puis les éditeurs ont fait un travail considérable pour proposer toutes les nouveautés au format numérique.


Et l’autoédition avec Kobo ?

L’autoédition est un véritable segment du marché du livre. Nous constatons qu’en France 10% des ventes que nous effectuons sont issues de l’autoédition, elles n’étaient que de 5% il y a quelques années.

Et je pense que dans les 10 ans à venir, le rôle des auteurs va changer et évoluer. Peut-être que les éditeurs devront redoubler d’attention vis-à-vis de leurs auteurs.

Quand on voit que dans des pays comme la Grande Bretagne ou les USA l’autoédition représente environ 25% des livres vendus cela est notamment dû à la stratégie des prix qu’ils pratiquent. Pour le lecteur, quand il constate le prix proposé par un éditeur et celui proposé par un indépendant, il est parfois plus facile pour lui de tenter de lire des livres autoédités.

Et justement, est-ce que Kobo va enfin proposer un service de publication de livres papier aux auteurs indépendants ?

C’est une question intéressante. On ne dira jamais « jamais » (Rire).

kobo by fnac livres audio

Concernant les livres audio quel est votre perception de l’évolution de ce marché et, question supplémentaire, est-ce que Kobo va proposer aux lecteurs d’écouter des livres audio via une liseuse ? [Ndlr : question récurrente à chaque fois que nous rencontrons Michael Tamblyn, avec une pointe d’humour]

Concernant votre question sur l’intégration d’une offre de livres audio dans une liseuse, ma réponse est un peu différente de l’an dernier. Pour le moment le smartphone se prête plus à la lecture audio car le lecteur a par exemple sa musique qui y est intégrée et il a aussi la possibilité de lire ses livres numériques et audio via l’application Kobo. Si c’est une demande des lecteurs, nous y réfléchirons. 

Pour revenir à votre question sur le marché du livre audio en France, Les données de l’industrie du livre indiquent qu’au cours des dernières années en France, la lecture numérique a augmenté de 21 % et représente 4 % du marché du livre.

Nous observons une tendance similaire pour les livres audio. Depuis son lancement en France il y a près d’un an, nous avons vu l’appétit pour l’audio continuer à augmenter, avec une croissance de notre activité à deux chiffres. C’est similaire à la tendance que nous observons dans le monde entier.

En France, ce segment est principalement tiré par notre modèle d’abonnement, pour lequel nous continuons d’innover. Dans d’autres marchés, où nous proposons un modèle d’abonnement en illimité, comme aux Pays-Bas, nous avons vu une opportunité de croissance encore plus grande.

La clé d’une croissance soutenue du marché en France sera la volonté des éditeurs de produire plus de livres audio pour élargir leurs catalogues. Nous savons que les consommateurs sont impatients d’avoir une plus grande sélection.

Lire d’autres articles sur Kobo Consultez notre rubrique Interviews