Test jeu vidéo - Immortals Fenyx Rising : l’hybride Assassin’s Creed x Zelda BOTW - IDBOOX

IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture hight-tech

Pop Culture & Lifestyle

Test jeu vidéo – Immortals Fenyx Rising : l’hybride Assassin’s Creed x Zelda BOTW

Test jeu vidéo - Immortals Fenyx RisingEnvolez-vous pour l’Olympe le royaume des dieux dans le jeu vidéo Immortals Fenyx Rising d’Ubisoft. Découvrez notre test de cet hybride entre Assassin’s Creed Valhalla et The Legend of Zelda : Breath Of The Wild. 

Après avoir passé 100h sur Assassin’s Creed Valhalla, j’ai poursuivi mon aventure vidéoludique sur une autre production Ubisoft avec Immortals Fenyx Rising (IFR).

Immortals Fenyx Rising – Une trentaine d’heures de jeu sans temps morts

Pour celui-ci, j’ai eu l’agréable surprise de venir à bout de l’opus en une trentaine d’heures. Une durée que je trouve optimale et raisonnable (et pour laquelle je n’ai évidemment pas fait de 100% qui aurait doublé voire triplé le temps de jeu).

J’ai joué sur XBOX Series X et ai donc bénéficié de la fonction Quick Resume et de temps de chargements très faibles.

Etant donné que j’ai enchaîné Assassin’s Creed et IFR, la ressemblance dans le gameplay est évidente. On retrouve une barre en haut avec les distances des différents points d’intérêts.

On voit ces derniers également sur la map qui se révèle au fur et à mesure de nos visites sur les points hauts de la carte (qui servent aussi de téléportation).

Concernant les attaques, on découvre là aussi divers supers pouvoirs qui viennent compléter nos coups de base pour infliger davantage de dégâts.

Des points communs avec The Legend of Zelda : Breath Of The Wild

L’histoire nous transporte sur l’Olympe. On part à la rencontre de divers Dieux. Fenyx, l’héroïne du jeu, va les aider à retrouver leur apparence à la suite d’une mésaventure que vous découvrirez en jouant. Je ne vais pas spoiler.

C’est le même procédé que nous retrouvions dans The Legend of Zelda : Breath Of The Wild avec la libération des 4 créatures divines qui nous débloqueront des pouvoirs spéciaux.

Ici, nous recevrons des bénédictions qui amélioreront nos capacités et nous permettront d’avancer dans la quête principale du jeu.

Autre emprunt à Zelda : l’endurance pour grimper aux murs ou se déplacer qu’il faudra constamment recharger avec une potion bleue ou en s’arrêtant quelques secondes pour reprendre son souffle.

Et enfin l’emprunt qui a fait le plus parler de lui dès la sortie du teaser : la télékinésie avec le transport d’objets lourds à déposer sur des stèles.

Dans la Halle des Dieux, Fenyx pourra procéder à toutes les updates de son choix : augmentation de son endurance, de ses PV, créations et améliorations de potions (attaque, défense, endurance, vie), déblocage de capacités spéciales…

Heureusement, un téléport rapide est possible compte tenu des nombreuses fois que vous reviendrez à cet endroit pour booster la puissance de Fenyx.

La map en open world est d’une taille raisonnable. Celle-ci est divisée en 7 sections :
– L’île de départ
– Les 4 territoires de 4 divinités distinctes : Arès, Aphrodite, Athéna et Hephaistos
– 2 grandes montagnes auxquelles vous aurez accès à la fin (et pour lesquelles vous devrez vraiment booster votre endurance sinon ça va être chaud).

Lionnel Astier vous souhaite la bienvenue sur l’Olympe

Visuellement, le jeu est vraiment très beau et coloré. J’ai pour ma part largement préféré l’ambiance apportée par ce jeu que celle d’Assassin’s Creed beaucoup plus sombre et moins drôle.

Tout au long de l’aventure, on a la voix de Lionnel Astier qui incarne Zeus qui vient narrer diverses histoires et commenter nos actions avec beaucoup d’humour.

Sur la route, on pourra récolter des plantes variées (à transformer en potions), des pierres précieuses (pour l’upgrade de notre personnage), des énigmes qui nous permettront d’acquérir des éclairs (pour booster notre endurance) ou encore des pièces de Charon (pour débloquer des capacités spéciales).

Il ne sera pas nécessaire de tout débloquer pour venir à bout du jeu mais vous comprendrez que certains éléments seront prioritaires sur d’autres.

De nombreux mini-jeux et secrets parsèment la map mais à l’inverse d’Assassin’s Creed, vous n’aurez pas trop besoin de vous attarder sur ceux-ci et vous pourrez quasiment faire une ligne droite directe au niveau de la quête principale.

Je vous recommande quand même de récupérer plusieurs ambroisies quand vous le pouvez qui vous aideront à avoir davantage de PV. Donc les écarts de la quête principale seront au final assez peu fréquents sauf si vous avez envie de faire un 100% (ce qui n’était pas mon cas).

En conclusion

J’ai joué en difficulté normale et globalement l’ensemble du jeu fut assez accessible et je n’ai pas eu ce sentiment de frustration de passage absolument impossible à passer.

Mais sur la trentaine d’heures de jeu, il m’aura fallu un tiers pour la quête finale avec l’escalade des 2 dernières montagnes et les plus gros boss du jeu. Le dernier étant une véritable gymnastique (je ne blague pas) pour vos doigts pendant une vingtaine de minutes sans répit.

Ce côté assez simple s’explique par un élément concret : si vous arrivez à esquiver (touche X) ou faire des parades (LB+RB) aucun adversaire ne parviendra à vous tuer (enfin presque). Il est donc primordial pour vous de maîtriser au moins l’esquive qui permettra un ralenti du temps pour caler divers coups à vos ennemis.

Immortals Fenyx Rising c’est un grand oui pour les amateurs de Zelda BOTW et ceux qui veulent une expérience plus allégée d’un Assassin’s Creed (et surtout moins sanglante).

Merci Ubisoft pour le code !

Le jeu existe sur toutes les plates-formes, cliquez sur ce lien pour acheter Immortals Fenyx Rising