IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture high-tech

Honor Magic 6 Pro
Honor Magic 6 Pro

Ebooks et piratage : Pourquoi Hachette signe avec Attributor ?

ebook_generique_automne_Kindle_IDBOOXLe groupe Hachette Livre dote toutes ses maisons d’édition d’un service d’espionnage pour éviter le piratage des livres numériques. Attributor, une société américaine,  jouera le rôle de super espion pour éviter que la production de livres électroniques d’Hachette ne soit pillée.
Cette annonce arrive quelques semaines après que le Syndicat National de l’Édition (SNE) abandonne l’idée de rejoindre l’HADOPI pour les ebooks.

L’organisme professionnel a estimé que louer les services d’une entreprise de type Attributor coûterait bien trop cher au regard de ce que rapporte le livre numérique aujourd’hui sur le marché français. Néanmoins, il est impératif de protéger les auteurs, les libraires et toute la filière du livre.

Hachette a jugé qu’il y a urgence, pourquoi ?
Plusieurs raisons peuvent être évoquées :
Les estimations business sur les livres numériques sont au vert. Le marché va bientôt décoller et Hachette Livre ne veut pas se faire piéger par des actes de piraterie qui risqueraient de nuire aux ventes.
Hachette se positionne aussi comme distributeur de livres numériques. Bien qu’on ne sache pas exactement ce qu’Arnaud Nourry, DG d’Hachette Livre,  compte faire de sa plateforme de vente, Numilog, le groupe a tout intérêt à rassurer les éditeurs et les auteurs présents sur son site marchand.
Ensuite, il y a le contrat signé avec Google Books sur la numérisation de centaines de milliers d’œuvres indisponibles qui vont arriver sur le marché dans les mois qui viennent. Il faut encore une fois des mesures de protection, pour éviter que les ayants droits ne soient spoliés.
Par ailleurs, une étude menée par le Motif et rendue publique en Mars 2011, sur le piratage des livres électroniques montre très clairement que les ouvrages les plus piratés touchent les segments suivants :
1 Littérature 44,8 %
2 Pratique 37,7 %
3 Essais 12,5 %
4 Jeunesse 5,1 %
5 Beaux livres 0,4 %
Ce sont cinq secteurs sur lesquels le groupe d’édition réalise une grande partie de son chiffre d’affaires, il est donc impératif pour eux de mettre en place des gardes fous, même si l’offre pirate ne concernait que 2% de l’offre imprimée en 2010 !

Toutefois, il ne faut pas oublier que les raisons principales invoquées par les pirates d’ebooks sont le manque d’offre et le prix trop cher. Sur le premier point, la France est en train de rattraper un peu son retard, sur le second on en est loin. Il serait peut-être temps donc, de penser à des prix pour les livres numériques plus abordables pour décourager les actes de piraterie.

1 COMMENTS

  1. Il serait quand même important de rappeler que ces histoires d’achats de publications ou œuvres liés à certains appareils ou magasins en ligne ne sont en rien une fatalité, qu’autre chose serait possible, et qu’il ne s’agit même pas d’histoire de formats(–cf web–), mais avant tout de structure entre acteurs et du besoin d’une nouvelle fonction, un peu plus développé ci dessous :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
    Laisser deux ou trois monstres à approche « verticale » phagocyter le marché du contenu légal et payant quand quasiment TOUT est là pour qu’il en soit autrement et tout simplement ridicule.
    Approche «verticale» (contenu lié à machine, fabriquant de machines, magasins en ligne, les deux ou autres), c’est à dire approche consistant à lier contenu et tuyaux (ou infrastructure technique en général terminaux y compris) qui était déjà celle d’un J2M par exemple. Avec tout ce que cela veut dire en termes de positions dominantes (propres règles de censure(apple), pourcentages obligés vis à vis des créateurs/éditeurs(apple, amazon), gg se positionnant sur le contenu payant et commencant à retirer les liens MU et autres des résultats de recherche, compte facebook obligatoire pour service spotify, etc, etc).

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *