Mélie Sand : professeure, maman et auteure (interview) - IDBOOX

IDBOOX

IDBOOX Tout savoir sur les livres, les smartphones et la culture hight-tech

Livres numériques OP All Stars 2020
Livres numériques OP All Stars 2020
J ai demandé la lune livre ebook melie sand
ebooks, livres et applis enfants

Mélie Sand : professeure, maman et auteure (interview)

J ai demandé la lune livre ebook melie sandMélie Sand est la lauréate du concours d’écriture Deviens Jeune Auteur, organisé par les éditions PKJ et 12-21. Son roman « J’ai demandé la lune » s’adresse aux Young Adults. 

Au travers d’une brochette de personnages particulièrement truculents, l’auteure a su créer une romance qui parle à tous, entre imaginaire et réalité. Elle porte aussi un regard sur la société d’aujourd’hui sous le prisme de l’aristocratie, de la jeunesse et d’internet.

Avec sensibilité et humilité, Mélie Sand nous raconte dans cette interview son aventure d’auteure. 

Mélie Sand qui êtes-vous ?

Bonjour Elizabeth, je suis Mélie Sand, la gagnante du concours d’écriture, Deviens Jeune Auteur.

Dans la vie, je suis professeure des écoles et maman de deux jeunes adolescents. D’origine suisse, j’ai toujours vécu dans les quartiers populaires de la banlieue nord de Paris avant de m’installer en Normandie.

J’adore écrire, bien sûr, mais j’aime également lire, essentiellement des romans Young Adult et des thrillers. J’adore aussi les chevaux et le shopping. Je tiens d’ailleurs un compte instagram sur lequel je partage quotidiennement mes looks et mes inspirations mode.

Vous venez de remporter le prix Deviens Jeune Auteur, pouvez- vous nous raconter votre aventure ?

L’aventure a commencé pour moi au printemps dernier lorsqu’une amie écrivain m’a envoyé un message m’annonçant le concours.

Après quelques échanges et quelques jours de réflexion, j’étais convaincue. Il fallait que je participe ! Il ne me restait plus qu’à trouver une idée.

Je voulais écrire une histoire originale qui se démarquerait car je suis totalement fan du travail réalisé par les éditions PKJ. J’étais très motivée. Avant d’élaborer un scénario solide, j’avais une idée assez précise des personnages que je voulais mettre en scène. Le défi de la lune s’est ensuite imposé à moi.

Je me souviens avoir fait des screenshots des extraits du livre Deviens #jeune auteur écrit par Christopher Edge que PKJ mettait en ligne, pour m’aider à bâtir la structure de mon récit.

Quand j’ai eu fini mon roman, je l’ai laissé de côté pendant plusieurs semaines avant de le relire pour apporter la touche finale avant de le déposer sur le site du concours. Et puis, j’ai attendu.

A mesure que les semaines passaient, j’étais de plus en plus angoissée. L’enjeu était énorme. J’avais vraiment envie de gagner.

Au milieu du mois d’octobre, mon amie m’a de nouveau envoyé un message (et oui, encore!) pour m’avertir cette fois que l’annonce des dix finalistes étaient tombée et que je faisais partie de la liste. Je n’en revenais pas. Les dix jours qui ont suivi, je vérifiais cent fois par jour mes messages. Et bizarrement, le jour J, j’ai failli manquer le courrier qui s’était perdu entre tous les messages publicitaires.

A la découverte du verdict, j’ai vraiment failli pleurer, je n’en revenais toujours pas. J’avais envie de téléphoner à mon amie, mais je ne pouvais pas car l’information devait être tenue secrète. Et enfin, il y a eu la rencontre avec tous les membres de l’équipe des éditions PKJ et 12-21. Un moment plus que féerique au cours duquel j’ai pu échanger avec tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet : les membres du jury, les correctrices, les éditeurs, l’attachée de presse… Une journée incroyable qui restera longtemps gravée dans ma mémoire !

Aviez-vous déjà écrit ce livre ou est-ce une création spécifiquement pour le concours d’écriture ?

Ce livre est une création spécifique, réfléchie et conçue pour répondre à la demande du concours. Sans lui, « J’ai demandé la lune » n’aurait sans doute jamais vu le jour.

A qui s’adresse votre livre ?

J’ai écrit mon livre en pensant aux adolescents à partir de treize ans mais il peut plaire également à un plus large public. Ma fille de dix ans est très fan de ce livre.

Et en rencontrant certains stagiaires de l’équipe PKJ, je me suis rendue compte qu’il plaisait également aux jeunes adultes.

Si on vous demande de nous raconter l’histoire du livre que diriez- vous pour convaincre le lecteur ?

Ce livre est un conte de fée moderne, à la fois drôle et touchant. Il parle d’amour, c’est vrai, mais il aborde surtout le sujet de la quête identitaire chez les jeunes et de la place qu’occupe les réseaux sociaux dans leurs vies.

A travers cette histoire, on partage le point de vue de différents acteurs. Des adultes comme des adolescents. Chacun apportant son éclairage sur le défi proposé par le héros principal, Albert.

Vous dépeignez certains personnages comme Richard, Victoria ou encore Sassa de façon assez cynique, est-ce du vécu ?

Non, absolument pas. Comme je le disais en début d’interview, je suis issue d’un milieu modeste. Ces personnages sont totalement fictifs, inspirés de ce que j’ai pu lire dans la presse ou voir à la télévision ou sur les réseaux sociaux quand ceux-ci relatent la vie des people.


L’histoire se passe dans le milieu aristocratique pourquoi ce choix ?

Parce qu’il permet toutes les fantaisies, tous les excès. Mon livre propose de relever un challenge. Avec une famille aristocratique comme pivot central, je pouvais imaginer tous les défis, transporter également le lecteur dans un univers magique où tout est possible, grandiose, spectaculaire.

Pour vous, Albert, c’est un héros ou un crétin ? (rire)

Ni l’un ni l’autre. C’est avant tout pour moi un jeune homme qui ne trouve pas sa place au sein de sa famille. C’est une personne prisonnière des étiquettes qu’il n’a pas choisies et qui fait tout pour s’en défaire, quitte à se tourner lui-même en ridicule.

Au début du roman, il ne sait pas qui il est. Sa vie n’a aucun sens. Elle n’est peuplée que d’actions et de relations superficielles, mais à mesure que le défi avance, il va prendre conscience de tout cela parce que pour la toute première fois, quelqu’un va s’intéresser réellement à lui pour ce qu’il est et non pour ce qu’il représente. Quelqu’un va enfin trouver les mots justes pour lui parler et faire sortir ce qu’il cachait au plus profond de lui : une sensibilité exacerbée et des émotions qu’il croyait pouvoir tenir à distance jusqu’alors.

Internet et les réseaux sont très présents dans le livre pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, c’est vrai. Les réseaux sociaux et internet sont au centre du livre. Je voulais écrire une histoire moderne qui parlerait à tout le monde et pour se faire, je ne pouvais pas passer à côté de la révolution numérique que notre société est en train de vivre.

Aujourd’hui, tout le monde ou presque possède un téléphone, des comptes sur les réseaux sociaux… Le numérique fait partie intégrante de nos vies, surtout chez les jeunes, il me semblait inconcevable en tant qu’écrivain de ne pas décrire ce phénomène.

Pensez-vous écrire une suite à J’ai demandé la lune ?

Pour le moment, ce n’est pas prévu mais je ne ferme jamais la porte à un projet.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ? Des manuscrits dans votre tiroir ?

J’ai toujours mille et une idées en tête. Certaines plus abouties que d’autres. Un manuscrit se cache effectivement dans mes tiroirs, verra-t-il le jour ? Je ne peux pas vous répondre actuellement. Tout ce que je peux vous dire, c’est que je le peaufine avant de l’envoyer. J’ai également un autre projet d’écriture en cours de préparation. Après avoir demandé la lune, j’espère maintenant pouvoir la décrocher (rires).

“J’ai demandé la lune” est disponible au format ebook. Pour lire un extrait et découvrir le livre c’est ici